Commander une oeuvre, comment ça marche ?
Commander, comment ca marche ? 

 Vous avez vu une photo lors d’une exposition

Si elle n’est pas partie entre-temps dans les mains d’un autre acquéreur, vous la trouverez sûrement dans une sous-rubrique de l’onglet « Commander », sous-rubriques que j’essaye de maintenir à jour, en fonction des allers et venues des tirages. En cliquant sur l’image de votre choix, vous serez guider vers la plateforme de commande en ligne.


Vous avez vu une photo sur mon site ou sur un réseau social,

Vous m’envoyer un message sur le réseau social en question ou via mon email : contact@lokee-photo.com. Nous discutons ensuite, le format et l'encadrement qui vous conviendrait le mieux.

Vous avez une requête spéciale 
Vous aimez mon style, vous ne l'avez vu nul part, mais vous ce que vous voulez, c'est cette photo de chat, d'arbre, de parapluie (remplacer par ce qui vous tient à coeur)... Croyez le ou non, mais j'ai sûrement celle qu'il vous faut !
À force de capturer le monde de façon boulimique, je possède des milliers de photographies. La sélection que je présente sur les réseaux sociaux ou lors des expositions est bien minime par rapport à la quantité que je produit en réalité.

N'hésitez donc pas à poser la question, je me ferais un plaisir de vous faire une shortlist !
 

Mon but : que vous trouviez votre bonheur en fonction de vos envies et de votre budget !



Petit guide de l’acheteur

Qu’est-ce qui fait le prix d’une photo ?

Le prix d’une photo est fonction de différents facteurs :

La taille : en général, plus c’est grand, plus c’est cher. Mais tout dépendra du support sur lequel la photo est imprimée.

Le support : le traditionnel papier reste le support le moins cher. À titre d’exemple, une photo 40x60 imprimée sur papier coûte le même prix qu’une photo deux fois moins grande, imprimée sur un support moderne tel que l’aluminium.

En revanche, alors qu’il vous faudra encadrer la photo papier (donc des frais supplémentaires), la photographie aluminium quant à elle, sera prête à être accrochée immédiatement.

La numérotation : aux yeux de la loi, pour qu’une photographie soit considérée comme une œuvre d’art, elle doit être distribuée en quantité limitée. La législation française établit à 30, la quantité maximum pour une même photographie (tous supports et tous formats confondus). De plus, cette limitation est mondiale.

Néanmoins, car tous les acquéreurs ne sont pas tous intéressés par le coté rare de l’objet, l’artiste a la possibilité de distribuer des tirages non-numérotés. Donc moins chers.

Si vous m’avez rencontré à l'occasion d’un salon, vous avez du remarquer que dans ma « bibliothèque », je proposais les deux types d’offres.
D’un coté des œuvres limitées (30 exemplaires, 15 exemplaires voire uniques), souvent imprimées sur des supports prémiums et modernes, de l’autre, des œuvres donc dites « ouvertes » imprimées sur papier avec un encadrement traditionnel.

La côte de l’artiste : la côte est ce qui fait qu’un Picasso est plus cher que la peinture de votre voisin. Mais cela va au delà de la renommée. Des artistes unaniment reconnus vendent moins cher que des artistes moins fameux… Quoi qu’il en soit, ce qui vous intéressera, c’est qu'étant encore au début de ma carrière, ma côte rend mes œuvres accessibles. ☺
En bref « Achetez les œuvres aux artistes de leur vivant. Quand ils seront morts, ils n’en auront plus besoin et vus n’en aurez plus les moyens »
Top